L’amazone avance, en toute majesté, au pas cadencé de son cheval alezan. Sans aucune
hâte, d’un long regard, elle s’assure que tout est sous contrôle. Elle ne manquera pas son
but.
L’homme est là, face à elle. Quémande un pardon, une grâce, espérant prolonger son séjour
sur terre.
- Quelques heures… ?
- Non !
- Un moment alors… ?
- Non !
- Une seconde ou deux… ?
- Eh pâle mortel, que veux-tu donc ? s’exclame la belle, du haut de sa monture. Arrête de
te lamenter. Redresse la tête. Un peu de décence, voyons ! tu n’as plus aucune chance,
lamentable sot ! Et tu tomberas sans élégance…
Elle descend de cheval. Bande l’arc, posément. Et d’une phalange experte décoche sa flèche.
L’homme s’écroule, comme foudroyé.
Pourtant, l’arme ne l’a pas touché. Juste un peu frôlé, peut-être. À ce jeu-là, les flèches de
l’amazone ne tuent personne. L’homme est mort de frousse, c’est tout !
- Encore raté, murmure l’amazone, dans une caresse tendre au cadavre encore chaud.
Pauvres hommes…


Recherche

Statistiques

Membres
4
Articles
3552
Compteur de clics
7375067