Mon amour, pour un seul baiser,
Pour un bonheur, vif mais si bref,
Quel chagrin, quelle douleur !
Un tel émoi, ce fut folie
J’ai perdu gaité, bonne humeur,
En un instant mon beau jardin
Brodé de kiwis, de kakis,
De jasmins jaunes s’est flétri.
Des larmes de sel et de sang
Arrosent les fleurs du malheur.
Vienne le néant de l’oubli
Grâce, par pitié, qu’il ne soit
Plus question de folle passion
De romans bleus ni de serments,
De tendresse ni d’éternelle
Union, à la vie à la mort.
Mon amour je t’oublie dans les
Vapeurs d’ambre du whisky et
Du vin de xérès, dans le bruit
Assourdissant des hurlements
Des youyous aigus des pleureuses.
Le soleil est à son zénith
Mes désirs au degré zéro.


Recherche

Statistiques

  • Membres 4
  • Articles 3600
  • Compteur de clics 9177475