ATTOUCHEMENTS

La paume sur le cuir
Ce pouce sur la joue, parti cueillir une larme subreptice
La plante d’un pied qui caresse
Le premier sable
La langue qui apprivoise la neuve soupe

CES SONS SEYANTS ET ASSIDUS

Tempo d’un jazz doux
Le chuintement du balai sur la cymbale grave
Le piano de Nathalie Loriers en trio
Les mailloches glissant sur le xylophone de Sadi ou de Guy Cabay
La pulsation d’une musique récurrente, tel Ameno d’Era
La voix de France quand elle va plus haut ou que c’est la toute toute première fois
le martèlement de mon coeur la première fois que j’ai vraiment compris l’aigle noir, sur le tard.
Et le tintinnabulement des cloches au fond de la vallée qui sonnent sonnent sonnent.

CHOSES QUI S'ÉCLAIRENT D'ELLES-MÊMES

Les cimes au soleil le matin
La dernière fleur d’un jardin
La pâleur diaphane d’une peau de satin
Leur joie dans ces jeux enfantins
La danse africaine au milieu du festin
La densité des bleus marins
Mon regard posé sur un corps de Rodin

Les pleurs rentrés de la nuit  
s’étaient fondus à la noirceur  
d’un jour qui tardait à s’ouvrir.

PLEURS

Pleurs du vent dans les sifflantes
Pleurs de l’enfant dérouté
Pleurs silencieux des solitudes assumées
Pleurs perlant de ses yeux bleu-nuit
Pleurs des pierres.


Statistiques

Membres
17
Articles
3405
Compteur de clics
5053705

Recherche