​Le site de l'éditeur présente cet ouvrage de la sorte: « Héritée des Grecs, puis remise à l′ordre du jour par des philosophes comme Pierre Hadot (1922-2010) et Michel Foucault (1926-1984), l′idée que tout être humain ait à prendre soin de lui-même trouve un écho dans les préoccupations contemporaines relatives au bien-être et à la santé. Mais que signifie " prendre soin de soi " ? Est-ce retrouver le calme, se sentir en sécurité, redécouvrir son corps, développer sa créativité ou renouer avec le sacré ? L′attention bienveillante que l′on se porte ne cache-t-elle pas une forme d′égoïsme, voire de narcissisme ? Françoise Bonardel porte un regard critique sur cette nouvelle religion du bien-être et donne une assise philosophique et psychologique à ce besoin de " soin ". L′auteur interroge également la dimension spirituelle du souci de soi : pour les mystiques, le soin que chaque individu se doit à lui-même engage un processus de transformation et de maturation lui permettant de s′ouvrir à la splendeur du grand Soi. »

L'autrice a déjà été recensée sur Nulle Part pour un autre ouvrage, Vacuités, dans lequel l'autrice a laissé une forte impression de compétence. La table des matières, non présentée sur le site éditorial, indique en suffisance les apports qu'il recèle.

Forte d'une carrière professionnelle consacrée aux philosophies occidentales & extrêmes-orientales, sa position nuancée &/mais critique fait plaissir à lire. Cela donne à lire des phrases d'une haute tenue comme celles-ci:

  • « Soutenue par la sobriété, la vigilance est une forme d'attention supérieure en ce qu'elle permet de discerner le moment où une surveillance attentive ne suffit plus à préserver ce dont on a la garde, & où une action sanitaire devient nécessaire. » 23-24
  • « Relevant de l'intuition, l'empathie permet de saisir de l'intérieur ce qui affecte sans pour autant fusionner avec lui. » 25
  • « Moderne, Michel Foucault ne l'est pas pleinement cependant puisqu'il continue à valoriser le souci de soi plus que la connaissance. Or, n'est-ce pas justement l'inverse qui s'est produit avec la modernité valorisant la connaissance de soi & du monde au détriment du souci, & donc du soin de soi, que l'homme se doit à lui-même ? 103
 

Statistiques

Membres
17
Articles
3423
Compteur de clics
5267416

Recherche