La réorchestration consiste

  • à rebattre les cartes,
  • à reformuler (la reformulation a la clarté pour exigence, d'après Pierre Chiron, Manuel de rhétorique, 129),
  • à disposer les mots différemment, dans une structure syntaxique ramassée.

Musique
Quand un musicien réorchestre une partition, sans toucher à la mélodie et à la rythmique, il attribue la mélodie et/ou le rythme à certains autres instruments (transfert entre les violons et les cuivres par exemple) qu’il charge alors de nous transmettre foncièrement la même substance sous habillage neuf.


Dans le domaine linguistique, la réorchestration consiste à formuler une phrase, une idée, différemment de l'auteur originel, en s'inspirant des idées qu'il expose, ou du moins en s'y tenant au mieux mais en les faisant vivre dans une phrase qui a été estimée comme plus limpide pour soi.


Elle peut aussi consister à mieux faire apparaitre la structure grammaticale d'une phrase citée, notamment quand elle comporte des listes; un exemple, extrait de Multiplicités, du philosophe Jean-Clet Martin:

124 La force d'une philosophie de la multiplicité, « c'est de basculer

  • d'une logique de l'infini
    • avec des séries bien trop parallèles
  • vers une logique du chaos

dans un expressionnisme

  • informel ... de naissance
  • & constructiviste de proche en proche. »

Pour exprimer cette logique du chaos, il crée le néologisme chaoïdes, « comme des expressions aparallèles pour des attributs qui nous accompagnent toute l'existence durant. »
125 « Le spinozisme que nous relançons ... injecte dans la nature un chaos ... cherch[ant] à inoculer ... une déraison clinique avec une force critique qui pourra, à partir de la folie, s'orienter vers

  • un empirisme supérieur
  • des agencements vitaux
  • des modes de composition
    • dont l'art constitue d'autres foyers remarquables. »

Cette procédure permet de mettre en avant des arguments de même niveau.


La réorchestration procède d'une démarche émanant de nombreuses lectures & réflexions nées à la fréquentation assidue de l'oeuvre du linguiste pragmatique François Richaudeau pour des raisons au départ professionnelles, à savoir le développement d'une méthode de lecture plus rapide de textes scientifiques en langue de spécialité (anglais). Cette manière d'écrire percole désormais sur la prose nullepartienne...

Elle se donne en exemple dans un lexique à propos des mots-clés du tantrisme cachemirien qui ont été extraits d'un ouvrage d'Yves Baret sur le sujet.


Plus de trois ans après la formulation en linguistique de cette note en vue d'en expliquer l'utilisation sur ce site, une lecture spinozienne m'a mis sous les yeux une méthode interprétative qui révèle des similitudes entre les deux méthodes, l'une linquistique, la réorchestration, l'autre philosophique que son auteur, Hubbeling (1925-1986), a appelée méthode d'interprétation métaphilosophique. La définition qu'il en donne permet par rétroaction d'affiner celle concernant la réorchestration syntaxique.

Un schéma ?

Le rapprochement ainsi opéré

  • entre la réorchestration syntaxique telle que F. Richaudeau l'a exposée
  • et la reconstruction logique d'un raisonnement en métaphilosophie telle que Hubbeling l'a établie, à partir de sa thèse de doctorat à l'université de Groningen (Pays-Bas)

est fécond. Elles ont en commun d'offrir une interprétation reconstitutive

  • de la syntaxe d'une part,
  • & de la logique par ailleurs

d'une plume tierce. La bonne définition mise au point par le philosophe hollandais permet d'établir, presque par calque, une définition plus précise de la réorchestration syntaxique.

La méthode métaphilosophique interprétative permet de reconstruire la logique d'un raisonnement sur une base logique mieux définie, mieux construite, plus rigoureuse en complétant au besoin l'une ou l'autre étape originellement manquante..

La réorchestration syntaxique est une méthode métalinguistique interprétative qui consiste à réorchestrer logiquement la syntaxe d'un auteur/d'une autrice en vue d'en clarifier le propos par simplification de la structure syntaxique trop imbriquée dans laquelle il avait originellement livré ce propos.

Hubbeling avait notamment appliqué la reconstruction logique à une oeuvre de jeunesse de Spinoza sur la philosophie de Descartes pour expliquer comment le jeune philosophe avait procédé pour améliorer le raisonnement du philosophe française dont il avait exposé la philosophie sans y ajouter la sienne, ce qu'il fera plus tard de la manière la plus probante dans l'Éthique.

Un article rédigé en anglais par Hubbeling pour la revue Philosophica a été lu pour asseoir cette comparaison. La piste a été confiée à une page spinozienne sur Facebook, gérée par "Victor Eremita".

Un second article hébergé sur la plateforme Persée détaille la méthode axiomatique utilisée par Spinoza.

 

 

 

 

 

Statistiques

Membres
17
Articles
3502
Compteur de clics
6402528

Recherche